Obtenir la carte de stationnement pour handicapé, très honnêtement, je pensais que ce serait quelque chose de très simple au vu de mon handicap et des raisons de ma demande. Je m’étais bien trompé tiens, je vais vous raconter cette petite histoire, juste entre vous, moi, et ma balle anti stress qui a énormément servi après avoir fait cette entrevue avec cette dame qui ne faisait que son travail, mais qui le faisait d’une manière très…

Pourquoi demander cette carte

Les raisons qui ont motivé ma demande étaient très simples, il me semble. Je suis parti du principe qu’avec mon handicap, je ne serai pas capable de porter des choses lourdes très loin. D’où le besoin de proximité avec l’entrée dans toute sorte de magasins. Je peux comprendre que certaines personnes en ont plus besoin, et c’est pour ça que je partais du principe de ne m’en servir qu’en cas d’extrême besoin. Cependant, il ne faut pas oublier que j’ai une musculature beaucoup moins développée dans la jambe gauche, ce qui fait que j’ai très souvent des douleurs dans la jambe quand je marche ne serait-ce que plus de dix minutes. De mon point de vue, ces deux raisons tenaient parfaitement la route, mais ce n’est pas le point de vue de tous finalement.

Le test en lui même

Je me suis donc présenté de toute bonne foi à la Vierge noire pour mon entrevue, qui ne devait être qu’une formalité selon moi, et là, grosse surprise et grosse débandade : ça ne s’est pas du tout passé comme je l’avais prévu. Avant d’aller plus loin, il faut savoir que c’est cette entrevue qui m’a très grandement « inspiré » pour mon article être handicapé c’est être une larve, vous allez comprendre pourquoi.

Enfin bref, début de l’entretien, 20 minutes de retard, normal c’est une administration, et là, question fatale : « Et tu es là pourquoi ? ». On commence assez fort sur le degré de l’énervement, déjà être autant en retard je n’avais pas beaucoup apprécié (surtout quand c’était pour boire un café avec les collègues), mais alors en plus ne pas se tenir au courant du rendez-vous et de la raison, c’était peut-être un peu beaucoup. Enfin soit, commence la série de tests très poussés pour définir si oui ou non, je mérite l’attribution de cette carte magique.

Premier test : Tenir accroupies plus de 3 secondes, chose que je sais bien entendu faire, j’ai fait 10 ans de kiné pour développer mon équilibre. Et voilà, premier test réussi (ou plutôt échoué ?), et test fini, c’est officiel, je ne peux pas avoir ma carte. S’en suit discussion « oui, mais je suis incapable de porter des choses », ah oui, mais ce n’est pas dans la grille, et visiblement réfléchir sur la situation ne fait pas partie des attributions de ce métier. L’entretien ne s’arrête pas là, elle fait quelques tests pour la forme et pour prolonger mon statut de handicapé jusqu’à mes 21 ans (et c’est aussi ici que se forme mon article sur la larve), et Madame, a décidé de me retirer des points… Je vais donc pour obtenir ma carte de stationnement, et je repars avec un handicap plus léger qu’avant, bonne blague, moi il me semblait qu’il avait empiré…

Pourquoi je déteste l’administration ?

Comme vous pouvez le constater, je n’ai jamais été un très grand fan des administrations, et encore moins de ses pantins qui se content d’appliquer à la lettre des formulaires et des marches à suivre pour définir si oui ou non vous rentrez dans telle ou telle catégorie, sans jamais lever les yeux et se demander si oui ou non cette putain de question colle avec votre situation, avec votre vie. Messieurs et mesdames de l’administration, je vous propose de lire mon blog et de faire mes défis, de tenter de faire des choses avec une main. Vous n’en serez que meilleur dans votre métier…

Un commentaire sur “Carte de stationnement, une formalité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *